Dans "Ma vie, entre figuier et érable", Nour Sayem raconte son parcours et partage son cheminement personnel. Elle se donne cette chance de transmettre à tous ceux qui la liront, les histoires qu'elle a vécues dans les deux pays qui sont les siens : la Syrie et le Québec. Elle dédie également cette oeuvre à tous ceux qui auront à traverser le pont des cultures. 
 
« Je suis l'Orient et l'Occident, la chaleur et le froid, le jour et la nuit, les paradoxes et les contraires de deux cultures diamétralement opposées. Comment aurais-je pu m'adapter si ce n'était pas de la destinée?»
 
Alors que le mot "immigrant" peut , aujourd'hui, sonner comme "le peur de l'envahisseur", ce livre veut dédramatiser cette situation, et suggérer des pistes d'harmonisation des relations entre nouveaux arrivants et société d'accueil. 
 
Ce livre représente également le deuil. Nour Sayem y affronte un dragon intérieur, une accumlation de peines et de frustrations. Elle y parle de son passé et de son présent, tous deux chargés de souvenirs et d'histoires enrichissantes. Elle y transmet tout ce qu’elle a gardé de bon de la Syrie de son enfance : les odeurs, les valeurs et la paix. Elle y partage avec ses enfants et ses amis, la langue, la cuisine et l’hospitalité mais aussi cette force de s’enraciner pour vivre pleinement. 
Ce livre est un message d'amour, d'humanisme et de persévérance. 

 

« Ma vie entre figuier et érable »

pochette Entre figuier et érable
Endos Entre figuier et érable