ICI Radio Canada – Nour Sayem : faire le deuil de la Syrie

« C’est très beau de faire un deuil. Car on garde ce qui est le plus beau dans notre coeur. » Nour Sayem a quitté la Syrie avec sa famille pour fuir la violence qui secouait son pays pendant la guerre des Six Jours. Dans une autobiographie comme dans la vie, elle transmet tout ce qu’elle a gardé de bon de la Syrie de son enfance, dans les années 1950.

Fuir son pays « la mort dans l’âme »
Arrivée au Québec en 1972, à 15 ans, Nour Sayem a quitté la Syrie après la guerre des Six Jours. Près de 50 ans plus tard, elle se décrit comme une personne « naturalisée » canadienne d’origine syrienne, qui se sent chez elle au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Un deuil long à faire
Nour Sayem parle de l’importance de vivre son deuil lorsqu’on quitte son pays de façon dramatique : « J’ai accumulé pendant 20 ans ce dragon intérieur. C’était un abcès qui grandissait de plus en plus. Il a éclaté un jour. »

Pour consulter l’intégralité  de l’entrevue cliquez ici